• Accueil
  • > Au COeUR du Temps.Öde a sa Muse a travers les âges.

Au COeUR du Temps.Öde a sa Muse a travers les âges.

Posté par editecyloniah le 5 juin 2013

Toi et Moi...Moi et Toi. 1st-twin-flames

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 TOI ET MOI-MOI ET TOI.

image140ng7xr.gif

Seuls ouvrent la porte de ce Jardin Intérieur

Ces deux êtres qui s’aiment.

Ils passent ensemble sous la verte Arche d’Alliance

Qu’ils ont fait croître avec douce patience

Et vont se désaltérer,

Légers comme deux colombes,

Dans le Vase posé sur la Colonne de l’Unicité,

A la Source d’une même Eau.

Lorsque vous ferez les deux êtres en un,

et que vous ferez le dedans comme le dehors

et le dehors comme le dedans et le haut comme le bas,

et si vous faites le mâle et la femelle en un seul,

de sorte que le mâle ne soit plus mâle

et la femelle ne soit plus une femelle. . .

alors vous entrerez dans le royaume.

En vérité, nous sommes une seule âme, moiet toi

Nous apparaissons et nous nous cachons

toi dans moi, et moi dans toi

Voilà le sens profond de mon rapport avec toi,

Car il n’existe, entre moi et toi, ni moi, ni toi.

Nous sommes le miroir et le visage à la fois,

Nous sommes ivre de la coupe éternelle,

Nous sommes le baume et la guérison,

Nous sommes l’eau de Jouvence et celui qui la verse.

.

Source inconnu, trouvé sur le net

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

45302_10151193635328571_533975519_n

TOI ET MOI

image140ng7xr.gif

Heureux le moment ou nous serons assis dans le palais

Toi et moi.

Au COeUR du Temps.Öde a sa Muse a travers les âges. dans Au COeUR du Temps.Öde a sa Muse a travers les âges. zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzcoeurcoeur_7

Avec deux formes et deux visages, mais une seule âme

Toi et moi.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzcoeurcoeur_7 dans Au COeUR du Temps.Öde a sa Muse a travers les âges.

Les couleurs du bosquet et les voix des oiseaux

Nous conféreront l’immortalité

Au moment ou nous entrerons dans le jardin

Toi et moi.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzcoeurcoeur_7

Les étoiles du ciel viendront nous regarder;

Nous leur montrerons la lune elle-même

Toi et moi.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzcoeurcoeur_7

Libérés de nous mêmes, serons unis dans l’extase,

Joyeux et sans vaines paroles

Toi et moi.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzcoeurcoeur_7

Les oiseaux du ciel au brillant plumage

Auront le cœur dévoré d’envie.

Dans ce lieu ou nous rirons si gaiement

Toi et moi.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzcoeurcoeur_7

Mais la grande merveille

C’est que toi et moi, blottis dans le même nid,

Nous nous trouvions en cet instant

L’un en Iraq, et l’autre en Khorasan

Toi et moi

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzcoeurcoeur_7

Texte de Rumi.

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

526533_173431802810460_264664424_n

image140ng7xr.gif

A la sainte union de deux fidèles âmes

Je n’admets point d’obstacle : amour n’est pas amour

S’il varie en voyant varier l’autre flamme,

Non plus que, délaissé, il délaisse à son tour.

Oh non ! C’est une marque à jamais établie ;

Témoin de la tempête, il n’est point ébranlé ;

C’est l’astre où toute barque errante se rallie :

On en prend la hauteur, ignorant son effet.

Il n’est le fol du Temps, si jour et lèvres rouges

Dans l’aire de sa faux un jour doivent tomber ;

Heures brèves et mois en leur cours ne le bougent :

Jusqu’au bord du trépas il demeure inchangé.

Si l’on me peut prouver que je me suis trompé,

Je n’ai jamais écrit, nul n’a jamais aimé.

William Shakespeare

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzDSC0057

Le Cantique des Cantiques

image140ng7xr.gif
J’entre dans mon jardin, ma sœur, ma fiancée; 

 Je cueille ma myrrhe avec mes aromates,

Je mange mon rayon de miel avec mon miel,

Je bois mon vin avec mon lait…

Mangez, amis, buvez, enivrez-vous d’amour !

 J’étais endormie, mais mon cœur veillait..

C’est la voix de mon bien-aimé, qui frappe:

Ouvre-moi, ma sœur, mon amie,

 Ma colombe, ma parfaite !

 Car ma tête est couverte de rosée,

 Mes boucles sont pleines des gouttes de la nuit.

J’ai ôté ma tunique; comment la remettrais-je ?

J’ai lavé mes pieds; comment les salirais-je ?

Mon bien-aimé a passé la main par la fenêtre,

 Et mes entrailles se sont émues pour lui.

Je me suis levée pour ouvrir à mon bien-aimé;

Et de mes mains a dégoutté la myrrhe,

 De mes doigts, la myrrhe répandue

Sur la poignée du verrou.

 J’ai ouvert à mon bien-aimé;

 (5.1 à 5.6)

Que l’Amour, la Joie, la Plénitude Divine  illumine votre Coeur et Vie,

de son effusion amoureuse  et Ëternel.

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

559730_241317722681363_1889320515_n

image140ng7xr.gif

Ô mon Amour, si tu me vois sans forme, sans qualité, pénétrant sans-cesse au fond de la non-existence
 et surgissant spontanément en toutes choses…

Ô belle aux yeux de gazelle, si tu me vois là, radieux et paisible au pic même de ta conscience

ou encore dans les tourbillons de ton cœur…

Ô doux frémissement de grâce, si tu me vois uni à toi comme étant toi-même au plus secret, essence de ton Soi…

Alors je suis le Bien-Aimé, le Divin Amant, Tresha Guru …
Et jamais nous ne serons séparés…!

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzze

image140ng7xr.gif

Mais le terrestre en elle avait un air divin.

Des Flammes frissonnaient sur mes lèvres hardies ;

Elle acceptait l’Amour et tous ses incendies,

 Rêvait au tutoiement, se risquait pas à… pas,

 Ne se refusait point et ne se livrait pas ;

 Sa tendre obéissance était haute et sereine ;

 Elle savait se faire esclave et rester reine,

 Suprême grâce ! et quoi de plus inattendu

 Que d’avoir tout donné sans avoir rien perdu !

 Elle était nue avec un abandon sublime

 Et, couchée en un lit, semblait sur une cime.

À mesure qu’en elle entrait l’Amour vainqueur,

On eût dit que le ciel lui jaillissait du cœur ;

 Elle vous caressait avec de la lumière ;

 La nudité des pieds fait la marche plus fière

 Chez ces êtres pétris d’idéale beauté ;

 Il lui venait dans l’ombre au front une clarté

Pareille à la nocturne auréole des pôles ;

 À travers les baisers, de ses blanches épaules

 On croyait voir sortir deux ailes lentement ;

 Son regard était bleu, d’un bleu de firmament ;

 Et c’était la grandeur de cette femme étrange

 Qu’en cessant d’être vierge elle devenait Ange.

.

Victor Hugo

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

602911_273251302803710_1395508817_n

image140ng7xr.gif

Il est un âge où nous sommes nés d’un même cœur, en cet œuf, là, dans cet espace océanique, en un royaume cristallin

 que nous connaissons bien…Nés du Berceau de notre Cœur unifié, aujourd’hui, nous nous retrouvons peu à peu…

Séparés pendant des millénaires d’une façon illusoire, séparés par la chair, séparés par l’orgueil, la vanité, les préjugés

et les croyances, séparés par la peur d’un jour se retrouver…Toi, bel amour océanique, frère, père, fils et aimé,
tu es de la même source, d’une même Mélodie …Nos cœurs cristallins jour après jour se désensorcellent de ce film
, de tout ce quine leur appartient pas, pour s’unir et chanter la même mélodie…
Cette mélodie, c’est celle de l’Amour, c’est celle de notre nature Véritable, et ensemble,à nouveau UN.
 Nous vibrons la danse de l’Amour, de nos deux cœurs s’oubliant pour se  reconnaître, s’effaçant pour se retrouver
…se retrouver Libre, léger, transparent dans un torrent d’Amour que ne cesse de se déverser sur tout l’univers…
Quelques mots en ce monde éphémère paraissent bien dérisoires pour nommer toute la Beauté de cet Amour…
Même mot si faible, si petit face à la Réalité de ce Cœur…mais comment ne pas en témoigner.
Au fil des mois, nous nous sommes retrouvés, dans la Douceur, timidement au début, puis avec plus de vigueur
et une telle force d’Amour, un tel Feu…que je ne puis que rendre Grâce à toute notre Beauté,
 à cette Unité au-delà de tout unité, au-delà de tout concept, au-delà de toute réalité…
En ce Cœur qui est tien, qui est celui de chacUN, je m’abandonne…
Un vertige si doux s’empare de l’être, tourbillon de Joie, de Grâce, se déployant malgré les tremblements de
ce corps qui s’allège de plus en plus…Ronde, farandole, océan de Feu, d’un Feu…Oh ! si délicieux…
 
Que même tes lèvres seraient une entrave à Ta Beauté…Pâlir devant Toi je ne le puis…

Dormir entre Tes Bras toutes les nuits et en notre Cœur s’unir à Vie…
Et permettre à mes lèvres, à leur tour, de murmurer un OUI…
Enfin, enfin je Te vois…et notre Cœur unis  m’éblouit…lors, avec tendresse, humilité, c’est sans un mot qu’en
l’Instant je m’évanouis, Inondée des pétales de Ta Présence, en ce lit de roses, ensevelie…
Doucement, avec grande Joie, en Nous je revis. Et chante l’Amour comme un Cri,
Fort et puissant, tendre et infini…Je T’Aime…car Tu Es ce que Je Suis.
Auteur de ce texte nconnu

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

c1b8dc0a

image140ng7xr.gif

Tel un flot impétueux tu m’emportes chaque jour au-delà de la veille.

Chaque nuit, chaque jour de cette éphémère vie, tu me fais goûter à ton indicible Vérité.

Où est ta limite ? Où est ta fin ? Chaque souffle me donne plus que le souffle précédent.

 Que sera mon demain ? Que serait ton absence ?

Impossible de le percevoir, de le penser, tu m’installes en ton éternel présent, dans cette certitude,

dans cette jouissance de toi-même. Comment puis-je encore être distant de toi, distance seulement

pour l’instant d’avant qui n’est pas encore passé, et sur lequel tu me fais trépasser en ton sein.

Es-tu mon aimé ou mon aimée ?

 Es-tu distinct de ce que je vis ? Comment pourrais-je oser m’écarter de toi, pour te voir ?

Toi qui fais disparaître tout fossé entre toi et moi! Comment dire ton inexprimable, comment être toi ?

Là où ni toi ni moi sommes séparés, là où tu me tiens, tu me libères.

Là où tu me libères, tu me possèdes dans l’étreinte infinie de ton souffle.

Vie où chaque minute est sacre, chaque souffle consacre notre mariage.

Tu es la Vie. Tu es l’éternité qui brûle tout ce qui n’est pas toi. Tu saisis la beauté sans l’arrêter.

Tu es l’onde qui vient annihiler même la pensée d’une souffrance.

Tu es pleine et plein, aucun vide ne peut te tester, aucun manque ne peut même être supposé.

Dois-je dire tu es mon Amour ? Dois-je te nommer ? Dois-je t’adorer, toi qui es adoration ?

Que puis-je te donner d’autre que le Oui infini à ta présence.

Chaque autre frère et sœur devient toi, qu’il le veuille ou non, car tu as l’éternité pour être en chaque vie.

 Le mariage mystique est le don que tu offres à chaque Un de nous qui se donne

à Toi, indicible Amour, indicible union et jouissance, bien au-delà de toute corruption possible car tu es incorruptible.

Ta pureté ne peut être habillée de quoi que soit d’autre que le Pur.

Tu es Union et Liberté, inconcevable pour l’Ego qui ne peut que posséder.

Tant de beauté sonne la fin de tout enfermement, de tout ce qui n’est pas de ton essence,de ta nature.

Tu nous donnes le Don de la Grâce, nous offrant l’extase en partage, des sens, des chairs magnifiées.

Tu nous montres la Voie de l’art amoureux, bien au-delà de toute convention ou règle humaine.

Tu souffles et attises le Feu de notre désir de toi,de nous.

Rassasiés pour toujours, alors nous dansons en toi, l’un dans l’autre, sans retenues, sans l’ombre d’une peur.

Tu es ce que nous sommes, honorons ce que nous sommes : la Grâce, la beauté, l’extase infinie de tout partage de l’Amour.

Jean Luc Ayoun

 

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

995446_535242756529401_784571857_nn

image140ng7xr.gif

Éveillé
Quand je suis éveillé, je rêve de toi
Quand je rêve je rêve que je suis éveillé
Quand je m’éveille je me retrouve auprès de toi…
Mon cœur s’agite
Je veux ressentir ce que tu ressens
Mes yeux s’ouvrent car ils veulent voir
Ce que tu vois
Mes oreilles veulent entendre ce que tu entends
Dans un rythme parfait
 Mon souffle veut fusionner avec le tien
Alors je m’éveille pour trouver ma réalité
Là où je me sens vrai
Tout près de toi
Alors mon cœur est radieux
 À présent je peux être témoin de ta gloire
Car mes yeux voient ce que tu vois
Dans ta tendresse je trouve ton tendre amour
La flamme des désirs s’éteint
 Car désormais mon cœur est comblé
Je fais désormais partie de ta magie
Je sais que je suis maintenant éveillé
Bien réveillé, pas en train de rêver
Mon souffle est fusionné au tien
 Je n’ai plus besoin de rêver

 

Maharaji

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

il_fullxfull_389841625_6vxz

image140ng7xr.gif

Flammes Jumelles, Amours Éternelles

Étincelles d’âme

Fusion de Lumière cosmique

Ensemble UNies dans le coeur

Rien ne peut les séparer

Ni le temps, ni l’espace

Leur lien ne peut être briser

Elles sont UNe

Leur connexion est irrésistible

Ne peuvent rester éloignées une de l’autre

En tout instant leur fusion est totale

Elles se fondent dans leurs énergies

Un besoin envoutant  d’être ensemble

Fusionnant, irrigués dans leur amour

S’aiment d’un Amour Pur, divin, angélique

Elles sont à l’écoute une de l’autre

On les sent, on les respire, on les hume

Douce ivresse, on fond dans la béatitude

Souvent unies dans la vie,

Comme elles le sont dans l’autre dimension

Quel que soit le choix leur fusion est réel

Loin de l’imaginaire qu’on peut penser

Vivant en conscience entre deux dimensions

Ou la réalité dépasse l’imaginaire

Ensemble être UN dans la vie, et pour l’éternité

Incarnés où pas cela n’est pas important

Ne pas lever les yeux au ciel

En espérant trouver sa flamme jumelle

La porte des étoiles est le coeur

Et tous et chacun possèdent la clé

Ainsi que sa flamme Jumelle primordiale.

.

*AvAnarah Israël *
12/02/2012

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz39ccebac3299f0e0c942f92b51644709

image140ng7xr.gif

Je suis l’épousée, le féminin de toi, la femme qui partage ton intimité, la femme que tu vas rencontrer, ton Épousée.

Tu m’as cherchée longtemps, chevalier en quête du Graal.

Tu es parti quand j’étais là, prisonnière de tes tours bien gardées. Tu m’as oubliée.

Tu t’en rappelais parfois, entre ta rage et tes larmes ravalées. Toujours rien, malgré les épreuves surmontées

et ta force de plus en plus lasse. Je t’attendais. Moi, l’épousée de toujours, la seule.

Malgré toutes tes tentatives d’en vouloir une autre, d’en vouloir plusieurs, je t’attendais.

Puis un jours, tu es revenu, plus las que jamais. Tu as posé les armes et armures.

Tu as cessé la quête et tu m’as vue. Moi, l’épousée, ton Graal secret, ta source sacrée. Et tu as pleuré.

J’ai recueilli tes larmes, élixir de ma joie d’être là, avec toi, toute pour toi. Je te suis l’épousée de source sûre,

aucun doute à cela, aucune erreur possible. Si tu me touches, le monde s’illuminera.

Je laisse à cet instant-là toutes mes rancunes, mes rancœurs, mes espoirs et ma désespérance.

Je me déshabille de tous mes parfums qui manipulent, des encres qui me cachent.

Je viens à toi plus nue que jamais avec ma peau cicatrisée.

Livre ouvert de ce que nous nous sommes faits, nous avons oublié de nous aimer.

Tu es mon homme, mon mâle, mon jumeau, mon étrangeté, mon autre si radical.

Et c’est cela que j’aime et honore infiniment.

Je deviens alors ta toute tienne, plus libre que jamais.

Si je te suis tienne, tu cesses de m’attacher par peur de me perdre.

Je suis ton épousée…Unique en tout genre.

Tu me sens en ton cœur, ta ferveur de m’aimer est pleine comme une coupe où tes lèvres peuvent se déposer.!

Lisa Grimaldi

 

amourtournant.gif

2nb7dqq.gif2nb7dqq.gif

Publié dans Au COeUR du Temps.Öde a sa Muse a travers les âges. | Commentaires fermés

 

Le coin du savoir |
infomonde |
sebougreau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sciences
| collège Adberrahim Bouabid ...
| Biblio-Titanic